Mes petits anges du Burundi

Début janvier 2013: en direction d'un nouveau pays, d'un nouveau continent : l'Afrique !
Me voilà, Jasmine, 24 ans, venant tout juste de finir mes études en Sciences de l'Education.
Faire un bénévolat dans un pays du Sud était depuis très longtemps un grand rêve. Grâce aux bons conseils du SNJ et grâce à la découverte de l'ONG « Bridderlech Deelen » et de leur partenaire « Maison Shalom », j'ai pu réaliser ce rêve en allant au Burundi dans le petit village de Ruyigi.


Tout d'abord j'aimerais dire que cette expérience était pour moi une « expérience de vie ». Non seulement au niveau professionnel, mais également au niveau social et personnel, ces quatre mois ont enrichi ma vie. J'ai pu voir un monde totalement différent du nôtre. J'ai pu connaître et vivre une autre culture et un mode de vie différent. La plupart du temps, je l'ai passé avec les enfants, que ce soit à l'école internationale, au centre culturel du village (appelé Cité des Anges) ou à l'orphelinat de la Maison Shalom.
A l'école, j'ai eu le sentiment de faire partie de l'équipe dès le début. Ils m'ont très bien accueillie et on a eu un bon échange. Ceci non seulement au niveau professionnel mais aussi personnel, c'est-à-dire il y a eu beaucoup de discussions sur les différences entre nos modes de vie et opinions. Cela m'a permis d'ouvrir encore plus mon horizon et d'essayer de comprendre leurs différents points de vue, même si parfois c'était très difficile. Au niveau professionnel, l'équipe pédagogique était également très ouverte. Souvent ils sont venus vers moi pour me poser des questions ou demander des conseils. Ceci m'a beaucoup motivée et on a su organiser des petites et grandes activités ensemble. Comme déjà expliqué je me sentais vraiment comme chez moi au sein de leur équipe et cela était vraiment très agréable. Les personnes aimant travailler avec les enfants comprennent comment on a chaud au cœur, lorsque dés le matin, une foule d'enfants courent vers vous en criant « Jasminiiii » et vous fait des câlins.
Pendant les activités, qui ont eu lieu trois fois par semaine au centre culturel du village, on a organisé des jeux, des activités autour des livres et de l'aide aux devoirs à domicile. Une autre activité que j'ai beaucoup aimée c'est la préparation de chants et danses qui ont été présentés aux enfants hospitalisés à l'hôpital REMA. Les petits chanteurs et danseurs étaient très fiers d'eux, quand ils ont vu les sourires sur les visages des enfants malades et de leurs familles. D'ailleurs moi je l'étais tout autant!
Une tâche qui m'a tenu très à cœur aussi, c'est celle avec les orphelins de la Maison Shalom. On a fait les devoirs ensemble, des dessins, des jeux, des promenades, des après-midis à la piscine, de la peinture dans leur maison... J'ai vraiment passé des moments inoubliables à leurs côtés et ils ont su me donner tant avec leurs rires et leur joie de vivre.
C'est exactement cela qui m'a personnellement beaucoup impressionnée : cette joie de vivre. Même si la plupart des personnes ont vécu des choses affreuses, ils ont su gardé leur joie de vivre et leur optimisme. Ceci est souvent le contraire chez nous. Un autre point qui m'a beaucoup touché était leur énorme sens de solidarité. Le fait d'aider autrui est normal, même si on n'a pas beaucoup à donner. Ce sont ces attitudes et valeurs qui m'ont fait et me font encore beaucoup réfléchir. Je me dis que malgré ce qui puisse nous arriver, il y a des gens sur terre qui ont vécu et vivent toujours des choses bien pires, voire inimaginables pour nous. Je pense qu'on n'a vraiment pas le droit de se plaindre, sachant qu'eux ne le font pas. Il faut essayer d'être positif dans la vie et de ne pas être enfermé dans son petit monde. Aller vers les autres et l'inconnu nous aidera à comprendre mieux le monde et les différents modes de vie existants sur terre. En tant que future enseignante, je me dis qu'il est très important de transmettre ce message aux élèves, car ce sont eux qui vont prendre la relève. Et si cette nouvelle génération pourrait être plus ouverte, positive, solidaire et tolérante, ce serait déjà un grand pas vers un monde meilleur.

Du fond du cœur je remercie toutes les personnes avec lesquelles j'ai passé du temps au Burundi. J'ai passé des supers moments à leurs côtés et je me suis fait des amis que je n'oublierai jamais ! J'ai rencontré des personnes magnifiques qui donnent tellement à leurs prochains et qui ne se laissent jamais décourager quoi qu'il arrive... Chapeau à vous tous et à très bientôt mes petits anges!

Aidez-nous à atteindre
nos objectifs

Decouvrez nos projets
à travers le monde



Contact

partage.lu - Bridderlech Deelen
27, rue Michel Welter L-2730 Luxembourg
Tél. 26 842 650

logo fondation partage luxembourg Q

Copyright © Partage 2016

 Nos Partenaires

   votum logo300dpi gris

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer